Vous êtes ici : Nouvelles 2003

Les JO d'Athènes et Theodorakis




Le compositeur Mikis Theodorakis et l'Olympiade Culturelle paraissent être au bord de la rupture de leurs relations, après les commentaires faits mardi par l'artiste, disant qu'il était "préparé à interdire" la présentation de ses œuvres à l'Olympiade, "culturelle ou autre", suggérant qu'il n'exécuterait pas l'ouverture et la clôture des cérémonies des Jeux 2004 à Athènes.

Bien que le Ministère de la Culture n'ait donné aucune réponse officielle à ces commentaires, des sources en provenance de l'intérieur de celui-ci indiquent que le programme définitif de l'Olympiade n'incluait de toute façon pas d’œuvres de Theodorakis, contrairement à ce qui avait été précédemment annoncé par le Ministre de la Culture, M. Evangelos Venizelos.

Les remarques de Theodorakis ont suivi une interview avec le compositeur Yiannis Markopoulos dans le quotidien Eleftherotypia dans laquelle celui-ci affirmait: "Le support financier de l'État et la publicité qu’il entraîne sont constamment accordés aux mêmes gens." Markopoulos a cité Theodorakis comme un de ces destinataires. De plus, il a dit que le soutien de l'État pour Theodorakis était tel "qu'il excluait d'autres artistes comme moi-même, qui me considère comme un compositeur majeur, l'égal de Theodorakis.”

Mardi, Eleftherotypia a publié une lettre de Theodorakis en réponse aux commentaires de Markopoulos dans laquelle celui-ci a dit qu'il était la victime d'une "opération de diffamation bien orchestrée."

"Parce que je me rends parfaitement compte, dit la lettre du compositeur, que beaucoup d'artistes... qui monopolisent les fonds étatiques répandent des rumeurs comme celles que M. Markopoulos a la naïveté de dire publiquement, je déclare avec dégoût que je suis préparé à interdire avec effet immédiat ma musique pour tous les événements ayant lieu dans le contexte - culturel ou autre - de l'Olympiade.”

Cependant, les commentaires de Theodorakis sont venus après la publication du programme définitif de l'Olympiade Culturelle qui, de toute façon, excluait ses oeuvres. Initialement, cette année-ci, une tournée en Europe et en Amérique avec le ballet “Zorba” et quatre opéras avait été prévue. En 2004, "Zorba" avait été programmé pour une tournée en Asie et le "Canto General" devait être réalisé au Stade Panathenaicon dans une production grandiose avec une chorale internationale forte de 4.000 interprètes.

Le Ministère de Culture a été amené à écarter ces projets à cause de leur coût élevé (approximativement 23 millions d'euros), ce qui aurait laissé peu de fonds pour les autres événements artistiques. Son argument a été que Theodorakis avait déjà reçu sa tranche de quelques 6 millions d'euros pour les tournées de l'opéra "Lysistrata" et "Zorba".

VASSILIS ANGELIKOPOULOS - Herald Tribune 24.01.2003 – Traduction Guy Wagner


NOTRE COMMENTAIRE:

Quelle honte! Quel déshonneur!... Pour la Grèce et les auteurs de cette campagne anti-Theodorakis qui dure déjà depuis des mois.

Quant à vous, M. Markopoulos, même si vous étiez le plus grand compositeur de tous les temps, votre attitude montre que vous êtes un homme pitoyable. Je me souviens qu’en 1977 au Festival Theodorakis au Lycabète, vous aviez déjà lancé un campagne contre Mikis, parce qu’il avait du succès. Pauvre homme rongé par la jalousie!