Vous êtes ici : Nouvelles 2005

23.11.05: L'Ordre de mérite du Luxembourg à Theodorakis (I)





L'Ambassadeur remet les insignes au compositeur - Photo: Marc Theis
Le 23, une distinction à valeur de symbole a été décernée à Theodorakis à l’Ambassade du Luxembourg à Athènes. Le nouvel Ambassadeur M. Conrad A. Bruch a pu lui remettre les insignes de Grand Officier de l’Ordre de Mérite.

Theodorakis a été visiblement ému de l’honneur qui lui a été fait par le Luxembourg, où il s’est régulièrement retrouvé pour des concerts populaires et symphoniques, des répétitions, des hommages, des présentations de livres, des rencontres et des soirées exceptionnelles, comme la première en Occident de sa Deuxième Symphonie et la création mondiale de son opéra „Electra“. Ces présences furent relevées dans son exposé: „Le Luxembourg rend hommage à Mikis Theodorakis“ par son biographe Guy Wagner qui conclut en disant: „Ne vous étonnez donc pas, cher Mikis Theodorakis, que le Luxembourg qui, tout comme la Grèce, a été si souvent dans le passé la proie d’envahisseurs et de dominateurs, vous aime et aime votre œuvre. Vous incarnez, en effet, l’idéal de liberté de nous tous.“ (voir texte intégral)

Auparavant, l’Ambassadeur M. Bruch s’était montré fier que son pays se soit joint à tous ceux qui ont reconnu les mérites musicaux et humanistes de Theodorakis. Celui-ci, après avoir relevé les belles relations qu’il a depuis 1973 avec notre pays, a déclaré en particulier: „Le Luxembourg et les Luxembourgeois ont joué un rôle éminent dans ma vie. J’y ai trouvé la reconnaissance et la sympathie dont a besoin chaque être humain, a fortiori un artiste et un patriote“: On ne saurait mieux définir la valeur profondément humaine des relations entre le fameux compositeur et nous.
Ce fut également une vraie joie pour Theodorakis de recevoir de Marc Theis, photographe luxembourgeois, quatre superbes photos inédites. Prises à l’occasion d’un concert à Hanovre en 1977, leur reproduction en grand format était un digne décor à l’émouvante cérémonie.

Ce fut aussi un grand plaisir d’entendre les deux guitaristes Notis Mavroudis et Panayotis Margaris interpréter de très beaux arrangements de quelques-unes des mélodies les plus connues du compositeur.

Ce fut enfin un beau moment de détente pour celui-ci quand, entouré de personnalités de la vie hellénique et de Luxembourgeois résidant à Athènes, il a eu des échanges simples avec ceux qui l’admirent et honorent ses qualités de compositeur et d’homme engagé.

L’entrée en fonction de M. Bruch n’aurait pas pu se passer sous de meilleurs auspices.


Photos de la cérémonie
I - par Marc Theis
II - par Ariel Wagner-Parker