Vous êtes ici : Nouvelles 2005

19.07.05: Mikis Theodorakis reçoit le prix Saint-André




MOSCOU, 19 juillet - par Olga Lipitch, RIA Novosti. Le compositeur et chef d'orchestre grec Mikis Theodorakis s'est vu décerner le prix international Saint-André institué par la fondation russe du même nom.

Il a obtenu ce prix pour "son héroïsme et son engagement créateur au service de la Patrie, mais aussi ses excellentes œuvres musicales qui chantent la paix entre les peuples, renforcent l'esprit et la conscience nationale de l'homme", a précisé la fondation.

La cérémonie de remise du prix aura lieu le 31 juillet en Crète, à l'occasion du 80e anniversaire du compositeur qui rassemblera des personnalités du monde entier.

Le prix Saint-André comporte deux insignes (Aigle impériale et Étoile) réalisés en métaux précieux avec des diamants.

Fondé en 1992, le prix Saint-André est décerné aussi bien aux Russes qu'aux étrangers sans distinction de religion, d'appartenance à un parti politique, de race, de sexe, de fonction ou de métier.

Ses premières œuvres symphoniques ont apporté à Mikis Theodorakis une renommée internationale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a activement participé à la résistance aux forces d'occupation et a enduré d'affreuses tortures.

En 1959, il a remporté la médaille d'or du Festival de musique de Moscou. Son cycle de chansons "Epitaphios" a marqué le début de la révolution culturelle en Grèce. Il a fondé à cette époque l'Orchestre de chambre d'Athènes.

En 1967, quand la junte fasciste s'est emparée du pouvoir en Grèce, Theodorakis est passé dans la clandestinité pour fonder le Front patriotique. Sa musique a été interdite, et lui-même a été interné dans le camp de concentration d'Oropos. Mais un mouvement de solidarité international lancé par Dmitri Chostakovitch, Leonard Bernstein et Arthur Miller a obtenu sa libération, et sa détention a été commuée en exil en 1970.

De l'étranger, Mikis Theodorakis a lutté pour renverser la junte et rassembler les forces de la résistance et a donné, dans le cadre de cette lutte, un millier de concerts dans le monde entier, devenant le symbole de la résistance à la dictature.