Vous êtes ici : Nouvelles 2004

24.11.04: Croisade contre les armes à feu en Crète





Le ministre et la jeune victime d'une arme à feu
Vassilis Kototakis, un jeune garçon crétois de neuf ans qui avait été accidentellement blessé par une arme à feu, le 1er octobre, avait écrit au ministre de l’Ordre Public pour encourager la limitation de la possession illégale d'armes à feu sur l’île.





Le ministre, M. Giorgos Voulgarakis, a demandé à Mikis Theodorakis, crétois comme lui, de prendre la tête d’une croisade anti-armes à feu en Crète. Le compositeur a donné spontanément son accord et a publié le communiqué suivant:

DECLARATION

Pour nous, les Crétois, les armes symbolisent les luttes de nos ancêtres pour la liberté de la Crête.

Les Crétois ont versé des fleuves de sang pour leur indépendance et la liberté de la Grèce. Au sacrifice de leur corps, ils se sont dressés contre leurs adversaires. Quand ils ont été sans armes devant les parachutistes allemands, ils se sont battus avec bec et ongles, payant cher le prix de leur courage téméraire.

Ces mémoires sont sacrées et, avec les armes-symboles des ces luttes héroïques, il faut les sauvegarder comme la prunelle des yeux et ne pas les avilir par des coups de fusil superflus aux mariages et pendant des fêtes.

Pour ces raisons, j’ai répondu tout de suite oui à la proposition que m’a faite hier le Ministre de l’Ordre Public, M. Voulgarakis, de me mettre à la tête d’un effort auquel participeront des représentants du monde de l’esprit en Crête et qui aura comme objectif la création d’une conscience collective qui corresponde à la demande de la suppression de cette triste coutume du port d’armes désormais démodée, er cela à l’initiative du peuple de Crète lui-même.

Je fais appel pour que s’arrête la banalisation des armes à feu qui noircit l’honneur de notre Crète face au monde extérieur et aussi face à nous-mêmes.

Athènes 24.11.2004



Mikis Theodorakis







© - Traduction française: Héraclès Galanakis et Guy Wagner